Accueil DOSSIER Parole libre Haiti : Ecole décotée. coupable ou victime?

Haiti : Ecole décotée. coupable ou victime?

8 minutes de lecture

___

Avec l’affluence des réseaux sociaux et leur facile accessibilité, chacun devient un véritable média qui diffuse, partage et commente les informations en temps réel. Cela crée une sorte de « crise de l’anonymat et de l’intimité ». La première question que l’on doit se poser c’est : Est ce que les dirigeants d’aujourd’hui sont plus incompétents que ceux il y a des décennies ?

Si on doit mesurer la compétence de ces dirigeants sur la manière dont ils eurent procédé en vue de l’héritage nationallégué aux générations suivantes, chacun peut faire sa propre conclusion. Une chose est sure, c’est qu’ils ont été moins exposés que nos représentants actuels soit par l’absence de la liberté de parole et ou l’inexistence des moyens de communication de masse.

Au-delà de l’aspect temporel qui met à jour la faiblesse de ces femmes et hommes d’état, il y a une résultante structurelle beaucoup plus complexe qu’il faut comprendre qui est l’accès et la qualité de l’éducation et de la formation.

Si le pouvoir restait l’affaire d’un petit groupe, d’une classe, d’une famille ou d’une caste dans les différentes périodes de notre histoire, avec la démocratie les choses ont changé. Les individus qui ont été mis en marge de la société tant par leur formation que par bien d’autres comportements se retrouvent du jour au lendemain à pouvoir prendre leur destin en main en brisant les barrières et les codes qui faisaient d’eux des marginaux. Ils deviennent maires, députés, sénateurs, DG,  etc. ;  charriant avec eux le spectre de leur milieu social et leurs lacunes.

L’éducation de qualité pour tous (grandes villes ou sections communales, riches ou pauvres) dès le plus jeune âge de la vie est indispensable dans une démocratie afin que d’où viennent les représentants du peuple, qu’on soit sur qu’ils aient les bagages nécessaires pour au moins se présenter et traduire leur pensée.

Nous devons savoir que si une personne n’est victime de dyslexie ni d’autres maladies qui viennent altérer son langage, avec une éducation de qualité, il suffit des 5 à 6 premières années scolaires pour avoir une capacité de lecture convenable.

Je voulais juste faire ce petit exercice afin de vous faire prendre conscience sur la réalité des millions d’haïtiens en ce 21eme siècle qui foncent droit dans la vie ou au mur du jugement de la société sans bouclier ni armure. Le moment est venu de penser sur la très grande disparité qui existe dans notre système éducatif qui naît parallèlement des écoles de grande qualité et majoritairement des écoles décotées (lekòl bolèt).

________________

Author

  • Etienne JEAN

    Enseignant à l'université | Spécialiste de l'Education tout au long de la vie { Life Long Learning} | Passionné de l'agriculture | Mail: etiennejean78@gmail.com

    View all posts
Voir plus d'articles
Voir plus d'articles par Etienne JEAN
Voir plus d'articles dans Parole libre
Les commentaires sont fermés