Par : Hervé Boursiquot, Ph.D.

_____

Qu’est qu’une politique universitaire ?

L’expression de politique universitaire sous-entend une prise en compte par les acteurs sociopolitiques et éducatifs du rôle de l’institution universitaire vis-à-vis de la communauté. Le terme « acteurs » s’emploie comme l’équivalent sémantique de « décideurs » et renvoie à tous ceux qui jouent un rôle important dans les plus hautes sphères des processus décisionnels. L’expression « politique universitaire » peut aussi avoir le sens de gestion des actions universitaires, planification et exécution de nouveaux objectifs faisant corps avec tout ce qui concerne l’offre de formation et domaines d’intervention des recherches universitaires. Parallèlement à la philosophie politique qui pose le problème de l’action politique, la politique universitaire devrait viser les actions universitaires. Est-ce toujours le cas? La politique universitaire s’inscrit dans les stratégies de réalisation de l’objectif dans lequel l’université a été fondée. A l’époque médiévale où l’université française a pris naissance elle était déjà vue comme « des lieux où la formation au savoir de haut niveau coïnciderait avec la production même de ce savoir[2]» (Renaut, 2008). La mise en pratique de ce savoir dans les milieux professionnels rentre, non seulement, dans une reproduction de ce savoir mais également permet l’acquisition de nouvelles compétences par les expériences. Ces dernières donnent du sens à la validation des acquis où l’enseignement supérieur met les expériences professionnelles au même niveau que les formations formelles (sur les bancs de l’école) en se constituant comme une voie d’accès au diplôme. Rendre cette voie d’accès envisageable appelle à une implication des acteurs sus-mentionnés. Ce qui signifie un choix de la politique universitaire d’éliminer quelques « enjeux multiples[3]» (Pasquier, 2009) et permettre aux individus de profiter de ce droit individuel de formation.

Nous vivons à l’époque où l’autonomie des universités est de plus en plus réclamée, pas seulement en Haïti en tous cas. En effet, chaque mouvement d’étudiant est vu comme l’influence de quelques groupes qui cherchent intentionnellement à agir dans le dessein de détruire cette noble institution. Toute pénétration des corps de police dans les locaux d’une faculté, le plus souvent des facultés publiques de l’Université d’État d’Haïti, est vue comme un piétinement de l’autonomie. On eût dit que l’autonomie voudrait pouvait se confondre avec un « laisser-faire » ou tout simplement de l’ « impunité » quand la vie et les biens sont entravés. La réalité veut que cette autonomie reste toutefois seulement administrative car la dimension financière est prise en compte par l’État qui fait voter le budget. Cette dépendance financière implique une impossibilité de mettre en place des projets avec un coût budgétaire important sinon une réalisation s’échelonnant sur une période plus longue que celle planifiée avec le risque qu’un abandon peut se présenter avec les changements éventuels des corps politiques. Loin de dire que l’Etat peut choisir de budgétiser les projets rentrant dans sa vision politique, la politique universitaire reflète la vision du système politique en place.  Il s’agit mieux d’une logique de moule que d’une logique d’implantation d’une politique ayant la capacité d’accepter l’innovation au fil de son développement.

Malgré ce modèle de gestion en phase avec une idéologie politique, le concept de politique universitaire s’articule autour de vision, de décisions, d’actions et de stratégies. La vision fait corps avec les objectifs impliquant la mise en place d’un plan d’action dont l’exécution dépend d’une implication professionnelle active[4] (Mias, 1998). Réfléchir sur la politique universitaire dans le cadre du développement de l’accompagnement à distance de la validation des acquis de l’expérience nous amène à penser que ce développement rentre dans une vision de l’université cherchant à atteindre des objectifs précis. Le développement de l’accompagnement à distance de la validation des acquis de l’expérience comporte-t-il une dimension de politique publique ? Quand  on parle de politique universitaire dans le cadre de l’accompagnement à distance de la validation des acquis de l’expérience, de quoi parle-t-on ? Quels sont les acteurs concernés et à quel niveau de responsabilité ?

La VAE ne vise pas les étudiants en formation initiale mais les salariés qui sont en formation continue. Il existe par là un rapport étroit entre l’université et les entreprises. Du moins pour ce qui concerne les diplômes de l’enseignement supérieur. La VAE fait de l’université un pont entre le salarié et son projet professionnel. Ne pouvant pas servir ceux qui n’ont jamais été dans le monde de l’emploi, elle – la VAE – représente l’échelle par laquelle il faut passer pour monter en grade dans l’entreprise ou pour atteindre un projet personnel dans le cadre de sa professionnalisation qui fait suite à son insertion professionnelle. La politique universitaire dans ce contexte particulier d’accompagnement à distance renforce les liens entre l’entreprise et l’individu. Développer l’accompagnement à distance de la VAE consiste à rapprocher les individus d’un processus qui leur est éloigné pour des raisons administratives ou/et légales,  géographiques ou/et financières.

Les raisons administratives ou/et légales de l’accompagnement

Pour avoir droit au congé de formation, le salarié est tenu d’informer le patron un certain temps avant (2 mois dans la législation française). L’irrespect de cette dimension administrative peut entraîner un refus du patron. Ce refus peut aussi se manifester pour des raisons de contrôle des activités de l’entreprise où le salarié ne peut pas s’absenter pour la période demandée. On ne saurait écarter le fait que certaines entreprises ne sont pas concernées légalement par le congé de formation voire une inexistence du droit individuel de la formation, on peut prendre l’exemple de la fonction publique hospitalière française. La distance géographique par rapport à l’organisme certificateur  représente une autre forme de contrainte impliquant des contraintes financières.

Les raisons géographiques et/ou financières

Avec le prolongement de certains territoires sur des zones géographiquement éloignées, les contraintes de déplacements fréquents empêchent à de nombreux citoyens de jouir de leurs droits civils parmi lesquels le droit individuel de la formation. Les organismes certificateurs se diffèrent dans le cadre des diplômes proposés, cette situation pose des difficultés de déplacement pour les individus à la même division géopolitique que l’organisme certificateur.  L’éloignement géographique contraint les individus à se déplacer sur de longues distances si les moyens d’interaction à distance ne sont pas développés par les universités. Le financement des moyens de déplacement sont à la charge du salarié dont les moyens financiers peuvent ne pas être à même de le faire.

À en croire Alain Renaut[5], le rôle de l’université consiste surtout « à mieux répondre à l’esprit du temps » selon la conception des philosophes allemands du XIXème siècle. Pris dans le contexte actuel, on peut se permettre de comprendre l’esprit du temps dans les innovations technologiques avec la place prise par les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le travail et dans les différentes stratégies de développement aux plans humain et professionnel. Pour répondre à l’esprit du temps, les formations offertes par les établissements universitaires doivent « absorber les innovations technologiques, les inventions managériales, les nouveautés organisationnelles, les mouvements financiers stratégiques[6] » (Durand et Filliettaz, 2009). Ce qui nous permet d’affirmer que l’université devrait avoir pour rôle de fournisseuse d’outils technologiques de communication synchrone et asynchrone. Ce dit rôle doit également se manifester dans le recrutement de professionnels de l’accompagnement. Ces derniers participent au développement des différentes modalités de l’accompagnement de la VAE.

Accompagnement et VAE

La VAE admet sans doute un principe qui a toute son importance dans la professionnalisation : les expériences professionnelles, extra-professionnelles et personnelles sont sources d’acquisition de nouvelles compétences sinon de renforcement des compétences acquises par la formation formelle. De ce fait, accompagner en VAE permet à la personne qui a des expériences de décrire les compétences acquises susceptibles d’être réutilisées et renforcées dans un autre champ ou avec des responsabilités plus importantes à un autre niveau.

Le texte[7] de lois appuyant la validation des acquis de l’expérience permet de retrouver des étapes communes telles la recevabilité, l’élaboration et l’entretien avec le jury. Les étapes dictent à l’accompagnateur les stratégies et les outils capables de lui permettre de cheminer avec le candidat. Deux situations peuvent se manifester. Le candidat peut ne pas rencontrer les deux à la fois même si tous les candidats ne les rencontrent pas simultanément :

  • Élaborer le dossier et s’entretenir avec le jury demandent une mise en lien entre le contenu du diplôme et les expériences du candidat. Cette mise en lien ne se fait pas de manière automatique. cette activité est très souvent nouvelle pour certains et donc n’a aucun point commun avec les activités professionnelles de l’individu qui rentre dans la démarche de validation des acquis de l’expérience.
  • Une méconnaissance des codes académiques de l’organisme certificateur peut faire le poids dans la balance lors de la validation proprement dite. Cette méconnaissance conduit à une mésinterprétation des compétences visées par ce diplôme pouvant donner lieu à un rapport et un discours incohérents. Cette incohérence du discours et du rapport peut sans doute conduire à un échec se manifestant par une absence de validation.

La notion de cohérence nous permet de rebondir sur la manière de voir l’accompagnement selon Maela Paul (2009, in Boutinet, ABC de la VAE.) « situer, hiérarchiser, construire de la cohérence, » L’accompagnement devient une stratégie pour le candidat d’éviter de sombrer dans une mise en lien incohérente de ses expériences professionnelles, extra-professionnelles et personnelles avec le contenu du diplôme pour lequel la démarche de validation est entreprise. Dans le même ordre d’idées Maela Paul [8] définit l’accompagnement comme le fait de « contribuer à faire prendre conscience, nommer, s’approprier ce que chacun a appris, donner sens à la diversité des expériences » (Boutinet, 2009, p.48). Cette prise de conscience et cette appropriation ne se faisant pas de manière immédiate, puisqu’il faut faire un choix des éléments spécifiques de cette diversité, permet de comprendre pourquoi il faut quelqu’un qui suit le candidat sur son chemin. Il ne s’agit pas de lui montrer la route mais de faire route avec lui en le faisant « découvrir » d’où l’idée de cheminement (Paul, 2004).

La montée des nouvelles technologies de l’information et de la communication contribue à une incidence certaine sur la plupart des domaines du monde professionnel à un point tel que les réflexions sur l’émergence de nouveaux axes de professionnalisation ne sauraient ne pas s’appuyer sur leur rôle. Facilitant la modernisation et l’innovation, elles aident les universités à « jouer leur rôle dans la formation de conscience authentiquement contemporaines » (Renaut, 2008). Un suivi à distance implique l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Le développement de l’accompagnement à distance de la VAE rejoint cette volonté de faire rentrer les TIC dans cette stratégie de développement humain et professionnel qui est la formation continue dont le dispositif de la validation des acquis de l’expérience représente un élément à ne pas négliger.

L’importance de l’accompagnement à la VAE nous est relatée dans la description de Billett[9] de ce que doit être l’accompagnement au travail. Il précise que cet accompagnement doit se faire par des « collègues plus expérimentés ». Le point commun de ce type d’accompagnement « guidance » avec la VAE  appelle à une implication professionnelle active (Mias, 1998)[10] des acteurs de la politique universitaire. Cet accompagnement rejoint l’objectif de la VAE en partant du principe que « les savoirs professionnels ne reposent pas seulement sur une pratique matériellement attestée mais sur des éléments de conceptualisation invisibles» (p.45)[11]. Cette conceptualisation étant un exercice difficile qui, très souvent, se détache des pratiques professionnelles quotidiennes des candidats, confère une place importante à l’accompagnement pour mener à bien le processus de VAE dans le milieu universitaire. La difficulté de cet effort de conceptualisation attire l’attention du chercheur sur les compétences propres de l’accompagnateur qui, même s’il est un universitaire confirmé, peut rencontrer des difficultés pour ne pas avoir jamais exercé les mêmes activités professionnelles que le candidat qu’il accompagne. Cette distance socioprofessionnelle qui peut se réduire lors des entretiens dans une modalité face-à-face est presque qu’impossible dans l’utilisation des outils de communication synchrone et/ou asynchrone dans un suivi à distance. Un renforcement de l’accompagnement peut réduire cette distance en faisant assister l’accompagnateur-universitaire d’un professionnel du métier du candidat. Cela permettra d’éviter qu’il se retrouve sur deux fronts avec une découverte individuelle dont les résultats aideront au suivi d’un professionnel. Cette découverte individuelle nous dit Stephen Billett (2009) permet « difficilement d’accéder à certaines connaissances ou savoir-faire »[12].

Le développement de l’accompagnement à distance

Dit comme tel,  le développement de l’accompagnement à distance enrichit la réflexion sur une nouvelle voie de l’accompagnement en présentiel, c’est-à-dire une forme d’accompagnement où accompagnateur/accompagné ne se rencontreraient pas que selon la modalité classique du face-à-face. Ce développement s’accompagne d’une mise à disposition des candidats des professionnels et des outils. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication représentent des outils efficaces pouvant faciliter et pérenniser la mise en place de cette modalité. Il importe de réfléchir sur les stratégies de l’humain concourant à ce même objectif de facilitation et de pérennisation. La question professionnelle pouvant intéresser le chercheur animé d’un certain humanisme peut s’énoncer de cette manière : Comment doit se dérouler cette nouvelle forme d’accompagnement pour que les résultats ne soient ni meilleurs ni moins importants que la modalité dite en présentiel ? Nous la ramenons à la question suivante dénuée de toute empathie : que faire pour que la mise en place de cette nouvelle modalité puisse se dérouler de manière efficace et équitable au regard de ce qui peut se faire en présentiel en matière d’accompagnement ? Comment accompagner à distance des individus dont l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication est précaire? Cette interrogation rappelle les dures conditions dans lesquelles évoluent les professionnels haïtiens qui, en dépit de leur bonne volonté, se trouvent trop souvent coupés du monde par la faiblesse ou sinon le manque des outils numériques en matière de formation et de suivis en accompagnement.

Le développement de la modalité à distance permet d’accompagner selon une bi-modalité : en présence et à distance. Selon nous, les deux modalités doivent se compléter pour un accompagnement efficace et équitable. Il ne faudrait pas que ceux qui se trouvent dans cette modalité d’accompagnement à distance soient désavantagés par rapport à ceux qui alimentent la chaîne d’accompagnement en mode face-à-face. Ces deux modalités de l’accompagnement peuvent soit se complémenter ou soit se dérouler de manière unique. La complémentarité rentre dans une stratégie de renforcement et d’enrichissement de la modalité en présentiel se faisant ainsi un indicateur d’équité et d’efficacité. Une modalité envisagée uniquement à distance représente une stratégie de la politique universitaire de se rapprocher d’un public contraint par le déplacement ou empêché de poursuivre le suivi en groupe ou individualisé en présentiel. On peut intégrer dans cette liste de contraintes les facteurs suivants :

  • Incompatibilité des emplois du temps pour la planification des rencontres ;
  • Inexistence de congé de formation dans la structure ;
  • Volonté de rentrer dans la démarche sans avertir les hiérarchies de son milieu professionnel ;
  • La distance géographique ;
  • Immobilité due à un handicap physique ou moteur.

En plus du fait de rapprocher le dispositif vers un plus large public, le développement de l’accompagnement à distance de la VAE s’affirme comme une stratégie de respect de la valeur humaniste – que certains diraient républicaine – de l’égalité des chances. S’outiller au plan humain et matériel pour éliminer les distances possibles par l’accompagnement devrait s’affirmer comme l’une des attributions de l’université. Par cela, elle augmenterait les espoirs des individus concernés et représenterait un catalyseur d’ambitions sans lesquelles certaines  mutations sociales ne seraient pas possibles.

Qui peut accompagner un candidat ?

Avec la mise en place de la VAE comme élément du dispositif de la formation continue en France, de nouveaux métiers et entreprises voient le jour. En réalité, cela ne se manifestera aussi facilement et rapidement en Haïti de la même manière. Cependant, il est à espérer d’observer une évolution du marché de travail selon les mêmes principes. Faudrait d’abord que l’étape de l’institutionnalisation de la validation des acquis de l’expérience soit une réalité et non un discours de politiciens et technocrates qui se veulent proactifs. Conseillers et accompagnateurs VAE deviennent une nouvelle catégorie de professionnels œuvrant dans « ce carrefour d’enjeux multiples » (Pasquier, 2009) que représente la démarche de la VAE. La plupart des réflexions portant sur l’accompagnement de la VAE ne donnent pas des repères assez nets pouvant caractériser l’activité qui consiste à accompagner un candidat à la VAE. S’il est vrai qu’on lui attribue une dimension professionnelle mais son caractère « spécifique » (Paul, 2004)[13] en fait une situation assez paradoxale où celui qui se fait accompagner est celui qui dirige la relation d’accompagnement (Le Bouedec et al. 2001). Le profil de l’accompagnateur ne fait l’objet d’aucune convention puisque l’accompagnateur varie sa posture en fonction de son champ disciplinaire, du profil du candidat et de l’étape de la démarche. Il est « tantôt un tiers qui permet au candidat de mettre à distance son activité et son parcours, tantôt un facilitateur qui aide le candidat à activer son expérience[14] » (Gaudin et Guinaudeau, 2009). Dans la grande majorité des cas le personnel accompagnateur se trouve membre du corps pédagogique de l’organisme certificateur. L’avantage de cette situation est que l’accompagnateur qui est un formateur dans le cadre du diplôme pour lequel il accompagne va moins se poser comme expert. On comprend par là qu’il doit éviter d’être ce pour quoi il a été choisi « connaisseur du chemin » en mettant en place la posture maïeutique qui part du présupposé que le candidat est capable de réfléchir mais qu’il a besoin d’un tuteur. Une des stratégies de l’université dans ce cas consiste à mettre au service des candidats des professionnels capables d’aider le candidat à  trouver des liens qu’il ne saurait établir spontanément seul. Cette intégration de la posture d’accompagnateur avec une centration sur la personne permet de réussir le rôle de facilitateur, de catalyseur et aider le candidat à « intellectualiser son vécu » (Paul, 2004) tout en se faisant reconnaître comme professionnel ayant acquis des compétences en lien avec le diplôme visé « d’où l’accomplissement de sa personne[15] » (Pasquier et Le Bouedec, 2001).

Pour progresser dans notre analyse, nous allons envisager l’accompagnement à distance comme un suivi en parallèle à l’accompagnement en présentiel où les rencontres réelles entre les concernés sont quasi inexistantes. Le déroulement d’une démarche complète de VAE à distance rentre dans la réflexion et amène à réfléchir sur ses caractéristiques.

Références bibliographiques

[2] Renaut, A. (2008). Quel avenir pour nos universités ? Essai de politique universitaire. Quercy : Timée-Éditions

[3] In Boutinet, J.-P., sous la direction de (2009) et al. L’ABC de la VAE. Toulouse : Édition Érès.

[4] Mias, C., (1998).  L’implication professionnelle dans le travail social. Paris : L’Harmattan

[5] Op.cit.

[6] Durand, M. et Filliettaz, L. (2009). Travail et formation des adultes. Paris : PUF

[7] Décret n°2002-590 du 24 avril 2002

[8] Boutinet, J.-P., op.cit.

[9] Stephen Billett in Durand M. et L. Filliettaz (2009), op.cit. p.45

[10] Mias, C. (1998). Op.cit.

[11] Stephen Billett in Durand M. et L. Filliettaz (2009), op.cit. p.45

[12] In Durand M. et Filliettaz L. (2009). Op. cit. (p. 60)

[13] Paul, M., (2004). L’accompagnement : une posture professionnelle spécifique. Paris : L’Harmattan.

[14] In Boutinet, J.-P. (2009). Op.cit.

[15] Le Bouedec, G., (2001). L’accompagnement en éducation et en formation : un projet impossible ? Paris : L’Harmattan.

[16] H. Boursiquot (Service de formation continue de l’université de Toulouse, 2010) et Flora Tissier (AFPA, Ile-de France,  2007)

[17] Dans un article publié sur le site www.forumhaiti.com ayant pour titre la formation continue en Haïti, Etzer France (Université de Montréal, Québec, Canada)  précise que parmi les 70 000 enseignants de l’enseignement fondamental haïtien 31.85% sont sans formation professionnelle adéquate et sans qualification, 30% ont un niveau académique inférieur à la 9ème année fondamentale

[18] OCDE (2011).  Rapport 2011 sur l’engagement international dans les États fragiles : République d’Haïti. Éditions OCDE

[19] Aucune trace de statistiques officielles sur le nombre d’étudiants que comprennent les universités en Haïti. La lecture de certains projets dans le cadre de la mise en place des infrastructures universitaires permettent d’identifier un effectif visé ne correspond pas exactement aux institutions effectivement en fonction sur le territoire. Les tentatives de quantification à partir de la lecture de ces projets sont vaines.

[20] In Rifkin, J., (2011). Une nouvelle conscience pour un monde en crise. Vers une civilisation de l’empathie. (Trad. de l’anglais par Françoise et Paul Chemla.  Ed. LLL Les Liens qui Libèrent)

[21] Nouvelles technologies de l’information et de la communication

[22] Fédération des Étudiants et Universitaires d’Haïti (FEUH), Grand Front National des Étudiants Haïtiens (GRAFNEH)

[23] Certaines universités du secteur privé comme l’UNDH ont des facultés dans certaines villes de provinces. Mais les études mises en place sont ciblées et concernent les sciences infirmières et les sciences administratives. Peut-on y voir la poursuite d’un but consistant en une baisse de la clientèle des instituts de formation professionnelle qui s’installent un peu partout dans les villes de province en offrant les mêmes formations ?

 

Hervé Boursiquot, Ph.D.

Sources : https://boursiquotherve.com/politique-universitaire-et-accompagnement-a-distance-de-la-vae/

Author

  • OmniScient Info

    OmniScient Info, est un média en ligne spécialisé dans l'Education et la Formation diffusant les actualités du monde l’éducation, de l’enseignement, de la recherche et de la culture en Haïti. OmniScient Info est destiné à tous les #acteurs de l’#éducation et de la #formation – aux #étudiants (tes), aux #enseignants (tes), aux #chercheurs, aux #directeurs (trices) d’#écoles, aux #parents et/ou toute autre personne ayant un intérêt ds le domaine l’Éducation en général. OminiScient Info | Le média de l'Education | #InfoUtile #InfoCommentée

    View all posts
Voir plus d'articles
Voir plus d'articles par OmniScient Info
Voir plus d'articles dans GOUVERNANCE
Les commentaires sont fermés

Voir aussi

Et si nous libérons l’évaluation de la prison scolaire en Haïti…  

Extrait commenté du livre : Administrer les écoles Privées en Milieu Rural : Théories et A…